Surmonter la perte de mémoire

“L’existence de l’oubli n’a jamais été prouvée : nous savons seulement que certaines choses ne viennent pas à l’esprit lorsque nous les voulons”, a dit Friedrich Nietzsche.

Oublier cause beaucoup d’anxiété de nos jours, spécialement avec l’augmentation de la prise de conscience des maladies liées à la mémoire telles qu’Alzheimer. D’un autre côté, de nouvelles études montrent que l’esprit humain, non traumatisé par des sérieuses blessures ou maladies, n’oublie jamais. Les experts disent qu’oublier n’est pas dû à la perte d’informations, mais plutôt parce qu’il existe une erreur dans la manière dont elles ont été stockées ou sur le chemin de la récupération.

Mais ensuite, si le problème réside réellement dans la récolte et récupération des informations, pourquoi la plupart d’entre nous tendent toujours à oublier, peu importe combien nous nous creusons le cerveau ? Nous oublions où nous avons mis nos clés, quel est ce produit tellement nécessaire dans la liste de courses, ou pire, les réponses tellement importantes au cours d’un examen qui peut faire la différence dans l’obtention ou non d’un diplôme.

De nombreux facteurs contribuent à la manière dont nos cerveaux emmagasinent et fournissent les informations. Même si les écoles de pensée et de psychologie débattent toujours sur la manière dont fonctionne l’esprit humain, ils sont d’accord sur une chose : la mémoire est affectée par notre expérience générale – depuis nos gènes au genre d’enfance que nous avons eu, en passant par la nourriture que nous avons mangé ce matin au petit-déjeuner.

Certains scientifiques comparent l’esprit à une caméra vidéo en raison de ses capacités et de sa nature consistant à enregistrer tout ce qu’expérimente une personne. Ainsi, chercher un événement particulier dans votre passé est semblable à chercher une scène sur une pellicule : une personne peut sélectionner une scène ciblée, la voir en mouvement lent ou en accéléré, même faire une pause ou un zoom sur un détail spécifique. Les techniques permettant de retrouver la mémoire en utilisant l’hypnose, le sérum de vérité, la méditation, la thérapie, viennent de là.

D’un autre côté, en dépit de l’œil “videographique” de l’esprit, il a été découvert que l’esprit ne possède pas de propriétés d’archivage parfaites, semblables à une bande vidéo qui peut moisir, perdre de son acuité ou vieillir. Le cerveau est également comparé à une puce d’ordinateur. Alors qu’il peut contenir une très grande quantité d’informations, ses capacités à stocker les données possèdent toutefois des limites. Afin de faire de la place pour de “nouvelles données”, l’esprit reconstruit les informations stockées de temps en temps. Ainsi, les événements peuvent ne pas être parfaitement remémorés. Au fil du temps, certains éléments peuvent se perdre, des détails peuvent devenir flous ou disparaître graduellement. Des éléments “déclencheurs” tels qu’une chanson, une photographie ou une odeur peuvent ramener un souvenir longtemps oublié. Toutefois, certains fragments de notre passé peuvent disparaître pour toujours.

Dans ce chapitre, nous discuterons des moyens et des techniques par lesquels les humains, depuis les scientifiques aux mystiques, ont traité le trait de l’oubli.

Oublier est ce que nous référons à la perte temporaire ou à long terme de détails, d’enregistrement de stimuli ou de matériels mémoriels qui ont été appris ou stockés dans nos cerveaux. Un objet oublié peut être stocké dans notre mémoire, mais impossible à retrouver ou à ramener à la surface. Il existe plusieurs théories ou explications au sujet de l’oubli.

  1. Déclin des traces mémorielles – C’est l’explication la plus ancienne concernant l’oubli. La mémoire possède une tendance naturelle au déclin avec le temps. Lorsqu’un mot ou le nom d’une personne n’est plus utile, un tel souvenir peut perdre sa place significative à l’intérieur de notre cerveau.
  2. Déformation de la mémoire – Certaines expériences peuvent être apprises ou retrouvées sous une forme déformée. De telles imprécisions peuvent mener à un souvenir différent ou faux, et peuvent même vaincre le processus de récupération puisque nous accédons aux mauvaises traces ou voies dans notre cerveau.
  3. Interférence – Cette expérience peut avoir été le résultat de situations intermédiaires ou de variables incontrôlables subies au cours de l’expérience d’apprentissage ou de mémorisation. Cela inclut également ce qui survient avant, pendant ou après l’apprentissage. Les activités réalisées avant une tâche peuvent troubler le processus de rétention ou ce que les psychologues appellent inhibition proactive. Plus il existe de tâches précédemment apprises, plus l’oubli des nouvelles tâches ou opérations est grand. Toutefois, plus le matériel à apprendre ou retenir possède de sens, moins les effets d’une telle inhibition se font sentir.

D’un autre côté, un effet contraire survient pendant l’inhibition rétroactive, dans laquelle des activités qui interfèrent ont lieu après une période d’apprentissage. Habituellement les personnes qui doivent réaliser une seconde tâche oublient plus de la première que ceux qui n’ont qu’une seule tâche à réaliser. C’est pourquoi il est préférable de maîtriser une tâche ou une compétence spécifique avant de passer à l’activité suivante, parce que retenir trop d’informations demande des interactions complexes de votre mémoire et de vos compétences psychomotrices.

Un tel exemple est prouvé pendant la période d’apprentissage de la conduite. Les compétences moteurs et les mouvements variés sont nécessaires et peuvent parfois apparaître troublants au début, puisqu’ils réclament du synchronisme. Toutefois, à mesure que nous apprenons lentement comment placer les tâches corporelles individuelles en une action cohérente et unie, nous commençons à penser de manière très précise et totalement organisée. Cela signifie que nous avons déjà appris ou mémorisé différentes tâches et que nous les avons déjà mises en ordre. Par conséquent, afin de nous souvenir de plus de choses, il est nécessaire de maîtriser une tâche ou une compétence particulière avant de nous engager dans d’autres activités qui réclament une spécialisation.

  1. Oubli motivé – C’est une variable dans l’oubli qui implique la motivation individuelle ou le désir de se souvenir ou d’oublier. Les gens semblent réprimer certains souvenirs ou supprimer le processus de rétention ou de récupération de la mémoire. Les souvenirs agréables sont plus souvent remémorés que les désagréables. L’émotion possède également un aspect important dans cette explication concernant l’oubli. Certaines personnes préfèrent oublier les expériences tristes ou traumatiques. C’est peut-être sage.

Si vous passez moins de temps à vous souvenir de vos échecs et de vos déboires, vous posséder une meilleure capacité à retenir les informations positives et essentielles. Parce que les pensées négatives aggravent le stress, vous devez apprendre à vous détendre et à oublier les erreurs commises dans le passé. Le passé est terminé. Concentrez-vous et ne retenez que les pensées positives.

  1. Absence de repères ou de guides – Nous sommes en mesure de trouver les choses tant que nous possédons des indices qui nous y mènent. Lorsque nous nous souvenons de quelque chose, c’est comme si nous cherchions dans notre mémoire avec l’aide d’indices ou de guides qui pointent dans la direction des choses voulu. Lorsque nous oublions, c’est parce que nous pouvons manquer de ces indices ou de ces guides menant vers les informations stockés dans les vastes connexions neurales de notre cerveau.

Voici quelques techniques efficaces pour surpasser l’oubli ou la distraction :

  1. Mettez votre liste de choses à faire par écrit. Groupez ou arrangez vos tâches en catégories (et sous-catégories si applicable). Rayez les activités que vous avez réalisées et ajoutez de nouvelles tâches en cours de route. Si possible, collez vos notes sur des objets qui vous sont familiers (télévision, réfrigérateur, porte d’entrée, etc.)
  2. Utilisez votre imagination et votre humour. Disons que vous avez un rendez-vous avec un client potentiel, M. Durand, ce vendredi. Si vous aimez regarder la télé chaque soir, imaginez M. Durand agissant comme un clown à la télé. Vous pouvez même le voir surgir hors de la télévision et vous dire : “Rendez-vous vendredi !” Pour mieux vous souvenir de ce rendez-vous de vendredi, vous pouvez visualiser M. Durand sur votre télé, habillé comme un chef et vendant (vendredi) des nourritures délicieuses. Trouvez des images amusantes qui vous aideront à vous souvenir de votre emploi du temps. Plus elles sont drôles et exagérées, mieux c’est.
  3. Associez une tâche avec une activité routinière ou avec quelque chose que vous réalisez régulièrement. Disons que vous oubliez toujours d’amener votre téléphone cellulaire au travail. Faites en sorte qu’avant de vous brosser les dents ou de prendre votre douche, vous placiez votre téléphone dans votre sac. Transformez cette tâche que vous oubliez souvent, en une partie de votre routine quotidienne, une habitude.
  4. Créez une allusion visuelle. Disons que vous avez invité quelqu’un à diner samedi soir et que vous devez acheter des pommes de terre pour préparer le plat que vous allez cuisiner. Avec votre emploi du temps très chargé, vous pouvez aisément oublier d’acheter les pommes de terre. Pour vous aider à vous en souvenir, vous pouvez placer, pendant que vous y pensez, un paquet de chips ou un jouet sous forme de pomme de terre sur votre télé ou au milieu de la table pour vous rappeler que vous devez acheter des pommes de terre.
  5. Concentrez-vous sur la tâche et dites-la à haute voix. Vous est-il déjà arrivé d’aller vers quelqu’un parce que vous voulez lui demander quelque chose? La seconde qui suit, vous avez totalement oublié ce que vous vouliez lui demander… Et bien, ne paniquez pas. Vous n’êtes pas seul, beaucoup de gens vivent des situations semblables.

Avec le style de vie mouvementé d’aujourd’hui, même ceux qui possèdent une bonne mémoire peuvent oublier ce à quoi ils pensent en une fraction de seconde. Ici, la solution est de se concentrer sur une seule tâche à la fois et de dire de manière répétée et à haute voix ce que vous allez faire : “Je vais demander à Jacques quelles sont les règles pour participer à ce concours.” Si vous oubliez souvent ce genre de choses, essayez de revenir à l’endroit où vous étiez quand vous avez répété la tâche à haute voix. Souvent, cet endroit spécifique vous aidera à vous souvenir de votre tâche en l’associant à ce que vous avez répété.

  1. Ne tergiversez pas. Si vous devez réaliser une activité ou une tâche, terminez-en le plus tôt possible. Lorsque vous devez payer une facture, faites-le tout de suite, avant qu’elle ne dépasse la date limite et que vous deviez payer des intérêts. Si vous ne pouvez vraiment pas le faire immédiatement, utilisez votre imagination, des pense-bêtes visuels ou d’autres outils utiles.

Trouvez un compagnon. Certaines personnes vivant de manière solitaire peuvent devenir distraites et souffrir de pertes de mémoire. C’est parce qu’elles n’ont personne à qui parler, donc leurs capacités mentales sont limitées et ne sont pas bien utilisées. Posséder un compagnon intelligent avec qui parler de différents sujets et avec qui partager ses connaissances et ses expériences permet d’affûter votre mémoire. Ils peuvent souvent agir comme votre sauvegarde. Dites-leur simplement de se souvenir de quelque chose et vous possédez une autre mémoire fonctionnant en votre nom. Mais soyez reconnaissant envers votre moitié.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *